Intestin > Constipation

1. Comprendre

contsipatie

La constipation est un problème gênant et invalidant.

Elle se définit par un ralentissement du transit des intestins.

Elle se manifeste par une diminution de la quantité (moins de 3 selles par semaine en moyenne), par une évolution de la consistance (sèche et dure) des selles et par une difficulté à l’exonération (la personne est obligée de pousser pour aller à selle).

La constipation passagère (par exemple changement d’alimentation, vacances, …) est fréquente. Elle touche environ une personne sur cinq et une femme sur trois.

La constipation est chronique si celle-ci dure pendant au moins six semaines. Toute constipation chronique, inhabituelle doit amener à consulter son médecin.


2. Causes

  • Les femmes et les personnes âgées sont plus touchées par la constipation. 
  • Habitudes de vie inadaptées : c'est la cause la plus fréquente : erreurs de régime alimentaire (insuffisance de fibres, de boissons...), changements du cadre de vie modifiant les habitudes de passages à la selle (hospitalisation, vacances, accès peu facile aux toilettes, manque d'intimité...).
  • Cause médicamenteuses : de nombreux médicaments peuvent constiper : les antidouleurs morphiniques, les antitussifs (codéine, pholcodine, dextrométorphane, ...) et les antidiarrhéiques (lopéramide), les anticholinergiques (antidépresseurs, traitements de l'incontinence urinaire, antihistaminiques, antipsychotiques...), les antiparkinsoniens, les sels de fer et de calcium, ... Cet effet indésirable ne se manifeste pas chez tous les patients. Il est plus fréquent chez les personnes qui ont déjà une tendance à être constipées. Si vous prenez un médicament, lisez la notice du médicament et n'hésitez pas à en parler à votre pharmacien ou médecin.
  • Autres:
    • la grossesse, l'alitement, l'âge
    • les hémorroïdes sont des facteurs de risque de constipation. Les hémorroïdes peuvent aussi induire une constipation par appréhension de la douleur à l'évacuation des selles.
    • certaines maladies peuvent provoquer de la constipation : la maladie de Parkinson, la sclérose en plaque, l’hypothyroïdie, certains cancers, la dépression, ...

Le saviez-vous : Une alimentation pauvre en fibres est responsable de constipation.


3. Conséquences

Les problèmes de constipation sont très fréquents mais le plus souvent totalement bénins. Ils peuvent être accompagnés d’une sensation de lourdeur, de crampes dans le ventre ou de ballonnements. 

Les hémorroïdes sont parfois associées à la constipation.

En cas de saignements dans la région anale, une consultation médicale s’impose afin d'exclure toute autres maladies.


4. Diagnostic

Généralement l’examen clinique et l’interrogatoire du médecin généraliste est suffisant pour poser le diagnostic de constipation et pour en trouver l'origine. Votre médecin traitant vous interrogera sur vos habitudes de vie, les facteurs en cause dans votre constipation, le retentissement sur votre vie quotidienne et sur les médicaments que vous prenez.

Si votre médecin suspecte une maladie particulière, il peut vous demander de faire des examens complémentaires.


5. Prévention

  • Boire beaucoup d’eau pour hydrater les selles et aider à l’évacuation. Choisir des eaux riches en magnésium (Hépar par exemple), mais aussi des thés, tisanes, et bouillons.
  • Enrichir l’alimentation avec desfibres alimentaires : fruits secs cuits ou macérés (pruneaux, abricots, figues), céréales, fruits frais et légumes verts ; ce mode d’alimentation augmente le volume des selles ce qui stimule la motricité intestinale. 
    Le saviez-vous ? La consommation de fibres doit idéalement atteindre les 30 grammes par jour (nous en consommons en moyenne 15 à 20 grammes).
  • Prendre le temps de manger et de préférence à heures régulières.
  • Corriger les mauvaises habitudes aux toilettes.
    • Aller aux toilettes sans être dérangé et sans stress.
    • Respecter le moment où le besoin d’aller à la toilette se fait sentir
    • Etablir une routine.
  • La pratique d’une activité physique régulière comme la marche et le vélo favorise un bon transit.

6. Traitement

Le traitement contre la constipation associe les conseils hygiéno-diététiques (ils peuvent à eux seuls être suffisants pour un retour à un transit normal), et si nécessaire un laxatif par voie orale ou rectale.

Plusieurs laxatifs peuvent vous être proposés :

  • Les laxatifs osmotiques (macrogol, lactulose, …) sont particulièrement recommandés pour leur efficacité et leur bonne tolérance. Ils agissent en 24 à 48h.
  • Les laxatifs de lest (mucilages et fibres) ont une action purement mécanique, ils gonflent en présence d’eau et augmentent le volume des selles. Ils agissent en 1 à 3 jours.
  • Les laxatifs stimulants (bisacodyl, sennosides, cascara, rhubarbe…) agissent par stimulation directe des nerfs du côlon, qui va se contracter et faciliter l'évacuation des selles. Ils ont l'avantage d'être efficaces et rapides (5 à 10 heures). Ils doivent être réservés à un usage Utilisez N’abusez pas de ce type de laxatif.
  • Les laxatifs par voie rectale (suppositoire, lavements) sont indiqués de façon occasionnelle, ils déclenchent immédiatement le réflexe de défécation.

A retenir : Dans le choix de votre laxatif, demandez conseil à votre pharmacien ou médecin. Les laxatifs osmotiques ou de lest sont à privilégier. Les laxatifs stimulants ont une action plus rapide, leur utilisation doit rester la plus courte possible afin d’éviter des complications dues à l'accoutumance qui augmente le phénomène de constipation, plutôt que de le régler.

Une constipation passagère disparaît, le plus souvent, en même temps que sa cause (voyage, prise de médicament), ou grâce à une bonne hygiène alimentaire.


Date de dernière mise à jour : 03/05/2019